Le syndrome de stress post-traumatique (ou PTSD), c’est quoi ?

Être prisonnier à perpétuité de l’événement cruel et impensable

Le lambeau de Philippe Lançon

Le syndrome de stress post-traumatique a été étudié par la psychiatrie et la psychologie à partir de la première guerre mondiale 1914-1918. Puis, il a été de nouveau abordé dans les années 1960-1975, aux Etats-Unis, au retour des soldats de la guerre du Vietnam. La violence des événements vécus (blessures, explosions de guerre, mort de camarade…) ont mis à jour des états traumatiques chez les soldats. Le PTSD est relatif à l’expression anglaise qui désigne ce trouble.

La définition de Philippe Lançon dans son livre “Le lambeau” est très juste. La personne atteinte de stress post-traumatique souffre d’anxiété, de « flashbacks » qui la ramènent de façon répétée dans le vécu stressant (souvenirs, cauchemars…). Elle est toujours en état de vigilance, ressent une grande fatigue psychique. Son entourage lui trouve un comportement insensible et détaché des événements ou vis-à-vis de ses proches, toujours dans la fuite et dans l’évitement. Elle ne ressent que peu de plaisir et présente une grande anhédonie (incapacité à ressentir du plaisir). Sa détresse psychique la conduit à avoir des idées noires ou à des actes suicidaires. Le stress aigu dû au choc physique ou émotionnel de l’événement devient en somme un grave trouble anxieux.

Du stress au traumatisme

Le stress est une réaction biopsychologique, c’est un réflexe à l’agression ou à la menace. La réaction face à celle-ci peut être adaptée, c’est-à-dire un stress salvateur qui s’en suit par une phase de récupération. Mais elle peut aussi être dépassée, c’est-à-dire pathologique : fuite panique, agressivité, trouble anxieux …

Il y a des stress non traumatiques qui permettent de nous adapter à notre environnement et à la situation, ils sont indispensables à notre suivie. Toutefois, il y a également des stress traumatiques : sidération, fuite panique…etc. Dans l’état de stress post-traumatique, cette réaction naturelle se trouve « déréglée ».

Le facteur traumatique

Un événement est « traumatique » lorsqu’une personne s’est trouvée confrontée à la mort, à la peur de mourir ou à de graves blessures, ou lorsque son intégrité physique ou celle d’une autre personne a été menacée. Cet événement doit également provoquer une peur intense, un sentiment d’impuissance, ou un sentiment d’horreur.


American Psychiatric Association, 1994

Il est à l’origine du syndrome de stress post-traumatique. Les personnes atteintes du syndrome de stress post-traumatique ont toutes en commun un événement traumatique dans leur vécu. Le traumatisme peut-être de plusieurs ordres. Par exemple, on cite souvent les soldats/militaires confrontés à la guerre, les déportés des camps de concentration mais on peut aussi citer les victimes des catastrophes naturelles, les victimes d’attentats, les réfugiés… Tous ont en commun d’avoir côtoyé la mort. Cependant, le traumatisme n’est pas seulement celui de l’adulte, il peut aussi être celui de l’enfant à la suite de violences familiales par exemple (abus, maltraitances…).

Le sentiment de culpabilité, des symptômes associés

Le syndrome de stress post-traumatique implique différents symptômes: cauchemars, angoisses, reviviscences ou encore hyper vigilance comme nous l’avons dit plus haut. Souvent, ce n’est qu’une partie de la souffrance et des difficultés des victimes.

Le syndrome du survivant ou culpabilité du survivant nous rappelle que la victime « a vu » la mort de près. La victime est rongée par la culpabilité que d’autres sont morts alors qu’elle a survécu à l’événement traumatique. Par ailleurs, elle se questionne continuellement sur le fait d’avoir survécu ; celui de ne pas avoir réussi à sauver des gens ou encore de ne pas avoir réagi comme elle aurait voulu ou même ce qu’elle a du faire pour sauver sa vie. Ce sentiment de culpabilité est souvent source de dépression.

Autre symptôme, toujours en lien avec ce sentiment de culpabilité, mais néanmoins différent et complémentaire : le syndrome de Lazare. C’est le bouleversement psychique qu’éprouve la victime, qui a survécu, alors qu’elle croyait mourir. C’est sa difficulté à vivre dans le présent : c’est une désadaptation psychologique. On l’évoque parfois pour les patients en rémission au sortir d’un cancer.

Le traumatisme psychique implique donc de composer avec ces symptômes post-traumatiques, aussi bien psychologiques que physiques pour réapprendre à vivre.

Les traitements du syndrome de stress post-traumatique

Une prise en charge d’urgence

Une personne victime d’un traumatisme psychique doit être pris en charge le plus vite possible pour prévenir les troubles potentiels : souffrir moins, moins longtemps.

Plusieurs phases dans le traitement :

1 –NURSING 2 –DEFUSING 3 –DEBRIEFING
Juste après l’événement et quand nombre de personne est touché par la catastrophe (accident, attentat,…) une cellule d’urgence médico-psychologique est mise en place (CUMP). La CUMP permet d’apporter les soins de survie nécessaires (nourriture, abri…) mais elle permet de réhumaniser les liens et prioriser les comportements. Quelques jours plus tard, souvent lorsque le « choc » de l’événement est passé, les victimes sont invitées à exprimer leurs émotions vis-à-vis de leur vécu, leurs pensées… Ils mettent en mots ce qu’ils ont vécu et le partagent pour ne pas se prostré dans l’isolement. Cette phase permet de désamorcer et de prévenir.
C’est la phase où la victime peut donner du sens à ce qui vient de se passer, se réapproprier l’événement. La victime tente alors de comprendre.

Des soins à plus ou moins long terme

L’approche la plus souvent retenue dans le traitement du stress post traumatique est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Elle consiste en une série d’interventions visant la restructuration cognitive de l’événement :

  • psychoéducation
  • respiration diaphragmatique
  • modification des pensées problématiques (apprendre la gestion des émotions associées à des pensées problématiques)
  • résolution de problèmes (trouver des solutions/réponses pertinentes et non pathologique en cas de problèmes vécus)
  • exposition (diminuer graduellement les conséquences négatives des intrusions cognitives par l’exposition au souvenir de l’événement traumatique).

D’autres thérapies sont également utilisées et complémentaires, telles que l’hypnose ou encore l’EMDR (outils des approches de psychologie intégrative).

L’EMDR est une thérapie qui permet de guérir le stress post-traumatique et qui consiste, entre autres, à effectuer une stimulation gauche/droite de façon alternée à un endroit précis du corps. Reconnue mondialement par la communauté scientifique pour son efficacité dans le traitement des troubles post-traumatique, elle est la seule méthode, avec les TCC, dont l’usage est officiellement recommandé pour le traitement des états de stress post-traumatique par la Haute Autorité de la Santé (HAS) qui intervient dans la validation des soins médicaux, depuis juin 2007.

La méthode EMDR aide la victime à revivre de façon contrôlée le difficile souvenir de l’événement. Alors que la personne bouge les yeux de gauche à droite, l’intensité émotionnelle du souvenir est atténuée. De ce fait, cette méthode permet un déblocage face à l’expérience perturbatrice du stress post traumatique. C’est un processus de retraitement de l’information qui va permettre de transformer le traumatisme en un simple souvenir.

Aujourd’hui, l’augmentation des cas de syndrome de stress post-traumatique, liée aux attentats ou aux différents conflits géo-politique, nous permet de réinvestir ce champ d’étude pour mettre à jour nos connaissances.

Le trauma en librairie, à la télé et même sur le web

Le Lambeau, Philippe Lançon, Gallimard, 2018

Après l’attentat contre Charlie Hebdo, le journaliste Philippe Lançon raconte sa douleur et sa métamorphose. Le roman a obtenu le prix Femina 2018 et le prix spécial du Renaudot 2018. Le récit livre des scènes du massacre décrites avec précision, jamais dans le spectaculaire toujours dans la justesse. Enfin Philippe Lançon raconte aussi sa lente reconstruction. Ce témoignage raconte le vécu d’une victime d’un traumatisme permettant de mieux comprendre les mécanismes entrant en jeu dans ce trouble.

Homecoming, série TV de Sam Esmail et Eli Horowitz, Amazon Video

La série en 10 épisodes raconte l’histoire d’une thérapeute, Heidi Bergman (Julia Roberts) aidant des soldats revenus d’Afghanistan à réintégrer la société dans un camp pour militaires travaillant pour le Gouvernement. A travers les entretiens entre la psychologue et les soldats, on nous laissent entrevoir les traumatismes potentiels des militaires et de leur difficile retour chez eux. D’un point de vue esthétique, l’histoire se raconte dans un récit déstructuré et stylisé (que j’apprécie beaucoup) à l’image de la psychologie des personnages et des sauts dans le temps.

Guérir de son passé avec l’EMDR et des outils d’autosoin, Dr Emmanuel Contamin, Odile Jacob, 2017

Francine Shapiro est la fondatrice de la thérapie EMDR. Cette méthode de psychothérapie utilise la stimulation sensorielle des deux côtés du corps. Il s’agit d’un ouvrage clair et accessible permettant de comprendre le fonctionnement de la thérapie et d’en apprendre plus sur les découvertes du cerveau et de la mémoire qui sont au cœur de cette thérapie. Ce livre, destiné aux novices comme aux professionnels, aborde les concepts de manière clair et simple.

Réveiller le tigre – Guérir le traumatisme, Peter Levine, Intereditions, 2013

Ce livre apporte une réflexion théorique sur le traumatisme associée à des illustrations cliniques. Ainsi on explore les mécanismes à l’œuvre dans le facteur traumatique et les réactions biopsychologiques. La réaction “animale” (fight or flight or freeze) à une peur d’un danger vital est normale, et nécessaire. Le traumatisme, c’est le maintien ou le retour de cette réaction alors qu’il n’y a plus de réel danger. Elle est alors inadaptée. Dans ce livre, on développe la thérapie de la Somatic Experiencing. Elle permet entres autres d’augmenter sa capacité à la résilience et donc de surmonter son traumatisme.

L’application TraumaPsy Info à télécharger sur Google Play

Développée par Nicolas Cazenave (Maître de conférence à l’Université Toulouse 2), l’application TraumaPsyInfo permet de mieux comprendre et de mieux gérer l’État de Stress Post-Traumatique. TraumaPsyInfo est la première application française d’information et de prévention sur l’état de stress post-traumatique. D’une aide quotidienne pour les personnes souffrant de stress post-traumatique, mais également utile pour celles qui souhaitent s’informer. Vous pouvez y retrouver des exercices mais également un annuaire de professionnels et de structures spécialisés.

Cliquez ici pour télécharger l'application
Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    221
    Partages
  • 221
  •  
  •  
  •  
Julie Réné
Etudiante en licence de psychologie, j'ai fait le choix d'une reconversion professionnelle pour m’épanouir dans le cadre d’un métier à caractère humain pour donner du sens à mes compétences et mes valeurs.

Une pensée sur “Le syndrome de stress post-traumatique”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.