Dans la suite des témoignages sur le parcours qui mène à être psy, voici un nouveau récit de vie.

 

POURQUOI J’AI FAIT DES ETUDES DE PSYCHOLOGIE ?

J’ai 8 ans et je lis le livre d’un pédo-psychiatre qui parle de ses patients, des familles qu’il a reçues et aidées… c’est ça que je veux faire !

J’ai 18 ans et je poursuis des études scientifiques, la voie qui « ne ferme pas de porte ». Je suis tellement convaincue par mes résistances que je n’envisage même pas la psycho. Je me convaincs avec des phrases du genre : « la fac ce n’est pas pour moi » ; « je suis bien trop sensible pour devenir psychologue » ; « il n’y a pas de travail dans ce domaine »…etc.

J’ai 25 ans, je suis ingénieure, j’ai « tout pour être heureuse » et je ne le suis pas. Je franchis enfin la porte du cabinet d’une psychologue. C’est le début d’une grande aventure, pas avec elle, mais avec moi, au travers de mes tranches de thérapie et de ce que j’ai mis en place. Je découvre ma douance, la particularité de mon fonctionnement.

 

J’ÉTUDIE LA PSYCHO A DISTANCE (PARIS XIII)

A ce moment-là, je rencontre une jeune femme qui étudie la psychologie à distance, à Paris 8, en parallèle de son travail. Je m’inscris, sans réfléchir.

C’était le format idéal pour moi : autonomie, pas de cours où je ferais face à mes difficultés de concentration… La rencontre avec des femmes fantastiques aussi, groupe de travail local… Et 3 ans plus tard, une licence en poche et un projet qui s’est dessiné. J’arrête de travailler pour un master en présentiel, à Genève (je vis en région voisine).

 

MASTER A GENÈVE

A Genève je découvre les sciences affectives, l’étude des émotions. A la maison, je découvre la vie avec un nourrisson, le manque de sommeil et les émotions qui me submergent. Je veux travailler autour de la périnatalité, de l’éducation !

J’ai la chance d’intégrer une équipe de recherche sur la détection précoce de l’autisme pour un stage, ce qui me permet d’allier les aspects cliniques (passations de test, échanges avec les enfants et les familles) et de recherche (lien entre diagnostics et compétences de l’enfant et le stress maternel). C’est un choix difficile pour moi de me concentrer sur la clinique, je n’exclus pas de proposer un sujet de thèse plus tard !

Deux ans et demi plus tard, j’ai mon diplôme ! Le prix a été lourd : mon couple a explosé, j’ai arraché l’écriture de mon mémoire à ma procrastination sans limite… J’ai besoin de temps, de découvrir ce que je veux faire.

 

DU EN PSYCHOTHÉRAPIE INTÉGRATIVE

Alors, j’entame un DU en psychothérapie intégrative. J’y vis des supervisions de groupe super enrichissantes, de belles rencontres, élèves comme professeurs. Un projet de collaboration avec un psychiatre à Genève qui n’aboutit pas et l’installation en libéral qui se dessine.

 

J’ouvre mon cabinet en août prochain ! Je vais également commencer une formation en approche centrée sur la personne… To be continued…

Avec toujours cette gourmandise dans l’accompagnement de l’autre, quel qu’il soit.

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    67
    Partages
  • 67
  •  
  •  
  •  
Les Psy Anonymes on Wordpress
Les Psy Anonymes
Cet espace auteur recueille les témoignages de psy qui souhaitent conserver leur anonymat.
Si vous souhaitez partager votre témoignage, merci de nous contacter via le formulaire du site.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.