Installation en libéral… un an après, le bilan

Catégories Témoignages de professionnels en psychologie

Il y a un an, je recevais mon premier patient dans mon tout nouveau bureau. Le rêve devenu réalité. J’y étais! Psychologue, libérale à 100%…

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mon bilan, les joies, les peurs et les difficultés, c’est l’article que j’aurais aimé lire il y a un an, les réponses aux questions qui tournaient dans ma tête au moment de mon installation.

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Comment avais-tu préparé ton installation ? Quelles démarches as-tu effectuées ?

J’ai commencé par chercher un local. Je voulais être dans mon cabinet, me sentir « chez moi » et pouvoir l’occuper quand je le souhaitais. C’est un sacré engagement quand on n’a pas encore de clientèle mais pour moi c’était une évidence.

Ensuite une amie a créé mon site web auquel j’ai tout de suite intégré la possibilité de prendre rendez-vous en ligne. J’ai également créé une page facebook et envoyé des faire-parts d’installation aux professionnels de santé de ma région.

J’ai pris le statut auto-entrepreneur pour sa simplicité, dans un premier temps. C’est également obligatoire d’avoir une assurance responsabilité civile professionnelle.

Et niveau émotionnel, soutien dans ta pratique ?

Effectivement, au-delà des démarches pratiques et opérationnelles, l’installation en libéral pour moi c’était aussi beaucoup de doutes, une grande joie et excitation aussi. J’ai repris une thérapie personnelle dès que je me suis installée.

J’ai aussi très rapidement mis en place ma supervision individuelle hebdomadaire. Ces espaces m’ont été et seront d’un grand soutien, en plus d’être nécessaires. Je poursuis aussi une formation en psychothérapie en approche sur la personne, ce qui m’apporte énormément.

Il faut faire attention à nos limites et prendre soin de nous-même. Ce n’est pas évident pour moi. J’ai frôlé l’épuisement au printemps. Je craignais de dire non et de ne plus être sollicitée ensuite mais je voyais aussi que je fatiguais et que je devais prendre du temps pour moi. Ma superviseuse me disait qu’elle le voit maintenant comme une partie de son travail de thérapeute. Bien sûr qu’on peut prendre soin des autres en n’allant pas bien soi-même, cela permet même de continuer à s’oublier… mais à quel prix et pour combien de temps ?

Est-ce que tu vis de ton activité ?

C’est difficile pour moi de parler d’argent, ce n’est pas dans ma culture. Mais cette question était si importante pour moi il y a un an, je ne peux pas ne pas l’aborder ! Oui, j’arrive à en vivre. Mais j’avais un peu d’argent de côté avant de me lancer. Cela m’a rassurée et permis de financer les premiers mois d’activité. Mais quand je pars en formation ou en vacances, je ne suis pas payée. J’essaie de l’anticiper, d’apprendre à gérer mon budget avec les variations de revenus, inhérentes à l’activité en libéral.

Alors, heureuse ?

Carrément ! Cela a été une année extrêmement riche ! Je me dis que j’ai une chance immense de pouvoir faire ce métier, d’être si libre aussi, dans ma pratique. Je sentais cette aspiration profonde en moi et wahou, c’est un vrai bonheur de faire ce qu’on aime toute la journée !

Cela n’empêche pas la fatigue, la flemme et le stress… C’est important pour moi de ne pas dresser un tableau idyllique. Il y a aussi le sentiment de solitude, je n’ai pas de collègues avec qui faire une pause café ou discuter, et parfois les séances s’enchaînent ! C’est intense.

As-tu des conseils pour les psychologues qui aimeraient s’installer en libéral ?

C’est difficile de donner des conseils sans tomber dans de grandes généralités, je trouve. Peut-être justement le fait de ne pas hésiter à créer ce qui TE convient, à toi. Ne pas hésitez à se faire aider et accompagner. Poser des questions aux professionnels qui se sont installés… comme là, en commentaire de cet article par exemple ! 😉

N’hésite pas aussi à rejoindre la Dingo Sphère pour rester connecté à la communauté !

 

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
    66
    Partages
  • 66
  •  
  •  
  •  
Psychologue titulaire d’un master en psychologie clinique et affective de l’université de Genève, je reçois les enfants, les adolescents et les adultes en thérapie individuelle. J’offre également des consultations de couple.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.